Nuancer ses croyances pour un choix d’orientation éclairé

 
Par Sarah Ait Gherbi, conseillère d’orientation et doctorante en éducation
 
« Je n’ai pas le droit de changer d’idée une fois ma décision prise »; « Je veux avoir la certitude que je fais le bon choix »; « Je dois choisir une profession pour la vie. » Tant de croyances erronées répandues sur l’orientation qui peuvent vous empêcher d’avancer. Prenez conscience de ces perceptions, nuancez-les et passez à l’action!
 

Des croyances erronées à nuancer

Les croyances sont toutes des principes, maximes ou passions qui peuvent donner un sens et une direction à la vie. Elles sont comme les verres d’une paire de lunettes au travers desquels nous voyons la vie. Certaines croyances reliées à l’orientation sont « limitatives »; elles sont inexactes, biaisées ou même irrationnelles. De ce fait, ce sont de fausses idées qui peuvent bloquer les perspectives d’évolution et augmenter l’anxiété́ vocationnelle chez les gens. Voici les six croyances erronées les plus répondues, à nuancer pour pouvoir prendre une décision éclairée[1].
 
  1. Une profession m’attend et je dois la découvrir.

Il n’existe pas une seule profession qui convienne à une personne en particulier. Plutôt, plusieurs professions se partagent des éléments communs qui peuvent répondre à vos besoins et à vos attentes.
 
  1. Je veux avoir la certitude que je fais le bon choix.

Il est impossible d’être certain à 100 % de faire LE bon choix. Il n’existe pas de garantie, puisque choisir représente un saut vers l’inconnu, un mélange de raison, de passion et d’acceptation de l’incertitude. Pour sélectionner une alternative, il faut renoncer à une autre qui aurait pu être tout aussi valable. Il est tout à fait dans l’ordre des choses de réajuster ses objectifs au cours des différentes étapes de la vie.
 
  1. Il me faut une profession exigeante et reconnue socialement.

Il est fondamental de rester authentique lors de son choix de carrière. Votre profession ne constitue qu’une partie de votre vie et elle ne détermine pas votre valeur en tant que personne, malgré les apparences. Si elle correspond à vos intérêts, à votre personnalité et à votre réalité (temps, âge, famille et autres), vous n’en retirerez que des bénéfices (motivation, performance, harmonie, etc.).
 
  1. Je choisis une profession pour la vie.

L’être humain est en continuelle évolution : ses intérêts et ses besoins se modifient au rythme de ses expériences. Il en est de même pour vos aspirations professionnelles. Vous pourriez donc être amené à vivre plusieurs transitions professionnelles selon l’émergence de nouveaux besoins, attirances, etc.

 

  1. Quand je vais trouver ma profession, je vais le sentir. Ça va cliquer!

Tout comme les relations amoureuses, le choix d’une profession ne se fait pas nécessairement sur un coup de foudre! Il est parfois le résultat d’une mure réflexion qui vous permettrait de faire le choix qui vous convient le mieux.
 
  1. Les gens qui changent d’idées ne réussissent jamais rien.

Ne dit-on pas « Seuls les fous ne changent pas d’idées »? Lorsque vous êtes engagé dans un projet qui n’est plus porteur de sens — il ne correspond plus à vos objectifs ni à vos attentes, il devient incompatible avec qui vous êtes —, il est vital d’y mettre fin. Renoncer n’est pas lâcher, c’est se donner la permission d’emprunter une nouvelle voie en cohérence avec qui vous êtes. C’est parfois la meilleure décision que vous puissiez prendre afin d’avancer et c’est aussi une façon de vous respecter. C’est le point de départ des retrouvailles avec vous-même.
 

Demander les services d’une conseillère ou d’un conseiller d’orientation

Quel que soit votre âge ou votre situation, des indécisions et des besoins scolaires ou professionnels peuvent se manifester à différentes étapes de la vie. Il est donc important de savoir qu’il est possible de rencontrer une conseillère ou un conseiller d’orientation qui peut vous aider à enrichir votre réflexion, à sortir de l’indécision et, par ricochet, à faciliter un choix de carrière éclairé.
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site web de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ).
 
[1] Falardeau, I. (2007). Sortir de l’indécision. Septembre éditeur, Sainte-Foy