Le monde émotif : une source d’information à exploiter dans le choix de carrière

 
Par Julie Bouffard, conseillère d’orientation
 
Qui a dit que les émotions ne pouvaient pas nous être utiles pour s’orienter et prendre une décision relative à notre choix de carrière? Dans cette lecture, je vous invite à explorer l’avenue du monde émotif comme source d’information à considérer dans un processus d’orientation scolaire et professionnelle, bref à vous sortir un peu de votre mental pour en apprendre davantage sur vous-même.
 
Que l’on parle d’orientation scolaire, de réorientation professionnelle ou de transition de carrière, entendons-nous pour dire qu’il s’agit d’un processus de prise de décision complexe. Ce dernier nécessite qu’on amasse une foule d’informations sur soi et sur les réalités du marché du travail afin de s’assurer de faire un choix réfléchi et éclairé.
 
La connaissance de soi est donc une étape cruciale à ce processus de prise de décision. Elle implique, bien sûr, l’identification de nos intérêts, de nos traits de personnalité, de nos qualités, de nos aptitudes, de nos valeurs, de nos expériences passées et de nos besoins. Mais qu’en est-il de nos émotions?
 

En matière de prise de décision, on oppose souvent cœur et tête

Combien de fois vous êtes-vous fait dire de vous fier à votre raison et non à vos émotions au moment de prendre une importante décision? De vous baser sur la logique et non sur vos sentiments? Et si nous envisagions plutôt le processus de prise de décision comme un mécanisme multidimensionnel qui tient compte à la fois du monde rationnel et du monde émotif?
 
Encore là, on pense souvent que prendre une décision rationnelle nécessite forcément de se détacher de ses émotions. Que ces dernières ne permettent pas une objectivité et un recul assez grand et qu’elles nous feront forcément dévier du chemin indiqué par la raison.
Cependant, selon certains auteurs, la meilleure décision est justement celle qui « évalue correctement ce qui nous est bénéfique en faisant appel à un ressenti de type émotionnel ou affectif. Sans ce ressenti, impossible de prendre une décision juste ». (Damasio, 1995)[i]
 

Et si nous disions oui aux émotions!

Bien sûr, le monde émotif est vaste et revêt plusieurs mystères. Il peut faire peur de s’y référer dans un processus de prise de décision aussi important que celui du choix de carrière.
 
Atteindre son monde émotif et aller au-delà du mental exige de descendre plus profondément en soi, d’écouter son intuition et de ressentir les choses.
Pour ce faire, en plus de vous questionner sur vos critères ou vos besoins de manière objective et rationnelle, prenez le temps de sentir les choses et d’accueillir les émotions qui montent en vous lorsque vous pensez à une situation que vous avez vécue ou dans laquelle vous vous projetez. Vous sentez-vous tendu et stressé, calme et zen, ou plutôt enthousiaste et déterminé? Par exemple, si je m’imagine dans un travail de bureau et que la seule émotion qui me vient est de l’ennui, pourquoi ne pas se fier à ce sentiment comme une information à mettre de l’avant dans mon processus d’orientation? Ou encore, si je sens monter en moi une forte tension ou de l’angoisse rien qu’à m’imaginer travailler avec le public, n’est-ce pas là aussi un indice utile à mon choix de carrière?
 
Bien que la sphère de vie professionnelle ne soit pas toujours synonyme de facilité, et donc d’émotions positives, le simple fait d’être dans un contexte qui nous offre des défis qui nous conviennent peut vite nous rendre fébriles et nous stimuler, plutôt que nous angoisser et nous faire peur. Soyez à l’écoute de ce qui se passe en vous et vous accumulerez ainsi une information riche de sens, et ô combien pertinente à votre connaissance de soi.
 

Conclusion

Dans tous les cas, n’oubliez pas qu’une décision se valide véritablement au contact de la réalité et qu’en vous mettant l’action, vous accumulerez de nouvelles informations sur vous, ainsi que sur la situation.
 
Gardez en tête que votre décision vous apparaitra comme étant la bonne et vous laissera dans un état d’harmonie si vous prenez le temps de considérer tous les éléments dont vous disposez sur vous-même à ce moment précis, y compris vos émotions.
 
Damasio, A. (1994). L’erreur de Descartes, La raison des émotions (traduit de l’anglais par M. Blanc). Paris : Odile Jacob.