La formation collégiale technique, un choix gagnant! (1/5)

Une formation axée sur la pratique

Par Nathalie Vallerand
 
Vous cherchez un métier qui vous permettra de vous réaliser? Le réseau offre quelque 132 programmes techniques, sans compter les voies de spécialisation, qui mènent directement sur le marché du travail.
D’une durée de trois ans, les programmes techniques se répartissent en cinq grands secteurs : Techniques de l’administration, Techniques biologiques et technologies agroalimentaires, Techniques physiques, Techniques humaines et Arts et communications graphiques.
 
Voici le premier de 5 articles sur les coulisses du grand réseau de la formation collégiale technique.
 

Ateliers, laboratoires, stages toutes sortes…

Chaque programme comprend des cours spécifiques au domaine, de même que des cours de formation générale : langue d’enseignement, langue seconde, philosophie, éducation physique, cours complémentaires. Aspect intéressant : la formation technique est très concrète. Plusieurs heures du cursus scolaire  se déroulent dans des laboratoires ou ateliers super équipés où sont recréés des environnements se rapprochant le plus possible des  conditions réelles de pratique.
 
Plusieurs programmes comportent des stages crédités en milieu de travail. Ils sont alors obligatoires et non rémunérés.  Ces stages, exigés par l’ordre professionnel, sont dans la grille de cours de l’élève et leur réussite est essentielle à la diplomation. Soins infirmiers, Travail social et Technique policière sont des exemples de tels programmes.
 
« Ici, le ratio est d’environ 40 % de théorie et 60 % de pratique. Chaque session, un projet intégrateur, comme la conception et le câblage d’une commande de moteur, permet d’appliquer les apprentissages. Nous disposons même d’une mini-usine de traitement de contenants recyclables où les étudiants s’initient à la programmation, la maintenance, la réseautique, la réparation et d’autres aspects du métier. » - Denis Paradis, enseignant en Technologie de l’électronique industrielle au Cégep de Rivière-du-Loup.
 
Des cégeps de partout mettent en place des initiatives pour favoriser la pratique. Au Collège de Bois-de-Boulogne, les étudiants en Soins infirmiers tiennent une clinique hebdomadaire de prise de pression artérielle. Une fois par mois, les futurs infirmiers prennent aussi le pouls, le poids, la pression artérielle et la glycémie des résidents d’un centre d’hébergement pour personnes âgées.
 
« C’est une procédure qui nécessite qu’on s’exerce, car elle est assez compliquée à maîtriser. Ils ont alors l’occasion d’améliorer des compétences essentielles du métier, comme entrer en contact avec les patients, les rassurer, leur communiquer de l’information » - Delphine Betton-Montigné, enseignante
 
 
Au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, les étudiants en Technologie de l’architecture conçoivent une habitation multifamiliale selon les principes du développement durable. Ils passent même à travers l’exigeant processus d’accréditation LEED, comme si c’était vrai. Autre particularité : les élèves en Technologie de l’architecture et ceux en Design d’intérieur travaillent ensemble sur certains projets.
 
« Le développement durable est une tendance forte avec laquelle les futurs technologues en architecture devront composer. A La collaboration avec d’autres spécialistes fait partie du métier. Nos étudiants ont la chance d’expérimenter cette réalité avant d’entrer sur le marché du travail. » - Carl Bourcier, coordonnateur du programme.
 
 
 
Avis important
Cet article présente les offres pédagogiques des établissements du Québec  qui ont répondu à l’invitation de l’éditeur. Pour en savoir plus, ne manquez pas de consulter le site Web des établissements qui vous intéressent.
 
Le contenu de cet article est librement inspiré du Palmarès des carrières - Édition spéciale dans le cadre de l’Opération 1er mars 2016. Procurez-vous le Palmarès des carrières pour lire l’article complet.