La cote de rendement au collégial, c'est quoi?

 
La cote de rendement au collégial (CRC), aussi appelée « cote R », est une méthode d’analyse du dossier scolaire utilisée par la plupart des universités québécoises en vue de gérer l’admission dans certains programmes (la plupart du temps pour les programmes contingentés). Chaque cours possède sa cote R et l’ensemble des cours suivis donne une cote R « générale ». Il importe donc de prendre les études collégiales au sérieux dès le début de la première session.
 

Les origines de la cote R

Pendant plusieurs années, les universités ont eu recours à la cote Z pour comparer les notes des diplômés des collèges. Cette unité de mesure empruntée à la statistique permet- tait de classer les élèves par rapport à l’ensemble des élèves. On a cependant constaté que les élèves inscrits dans des groupes forts avaient du mal à obtenir une bonne cote Z et que les classements effectués étaient équitables à la condition que les classes comparées soient de même calibre.
 
C’est pour corriger cet effet indésirable que la cote de rendement au collégial (CRC), ou « cote R », a été implantée. La méthode consiste à pondérer la cote Z au moyen d’un indicateur de correction qui, en tenant compte de la force du groupe au collégial, permet de situer équitablement les résultats de l’élève, quels que soient les caractéristiques du collège fréquenté, le programme suivi ou le mode de regroupement des élèves. On a vu, par ailleurs, que l’effet réel des résultats du secondaire sur le calcul de la cote R individuel est très minimal. Aucun élève ne «traine» donc ses notes du secondaire jusqu’aux portes de l’université.
 
En ajoutant un indicateur de la force du groupe (IFG) à la cote Z, la cote R se révèle, en définitive, un instrument de classement juste et équitable. Elle permet d’assurer que le dossier scolaire des diplômés du collégial qui font une demande d’admission à l’université sera évalué le plus équitablement possible, indépendemment du collège d’origine. Elle donne ainsi aux meilleurs élèves de tous les collèges des chances égales d’accès aux programmes universitaires les plus contingentés.
 
Au départ, la cote R n’était utilisée que dans le cas d’une admission dans un programme contingenté, mais on lui a récemment trouvé plusieurs autres applications. Elle est maintenant utilisée pour des fins de sélection lors de l’admission dans des programmes de sciences, pour l’octroi de bourses d’études ou encore pour attribuer des équivalences de cours.
 

L'utilisation de la cote R pour l'admission à l'université

L’excellence du dossier scolaire est parfois le seul élément considéré lors du choix des candidats et constitue, de ce fait, la seule et unique étape du processus d’admission dans certains programmes. Le nombre de places disponibles détermine le nombre de personnes à qui une offre d’admission sera faite. Il s’agit habituellement des élèves dont la cote R est la plus élevée. Les variables telles la personnalité du candidat, ses qualités et ses aptitudes ainsi que sa motivation à être admis dans ce programme ne seront pas pris en compte dans l’étude du dossier, d’où l’importance de saisir l’enjeu du rendement scolaire.
 
La réussite ou l’échec de chaque cours est important. Un échec ou un abandon non motivé ne peut être effacé du dossier scolaire. Par conséquent, cela a un impact sur la cote R «globale ou moyenne» servant à l’admission dans les universités. Pour les programmes contingentés, c’est la CRC moyenne du dernier programme conduisant à l’obtention du DEC qui sera utilisée ou la CRC globale de tous les programmes, si celle-ci est plus élevée.
 
Pour d’autres programmes, l’analyse du dossier scolaire sera suivie d’un processus de sélec- tion pouvant comprendre une ou plusieurs étapes. Les objectifs poursuivis par ce processus déterminent les critères qui seront utilisés pour évaluer les canditats. Pour plus d’information concernant la cote R, vous pouvez consulter le site Web de la CREPUQ (mobilite-cours.crepuq.qc.ca).
 

Le calcul

L’analyse du dossier au moyen de la cote de rendement au collégial exige, pour chaque cours du collégial échoué ou réussi, le calcul d’une cote Z (Zcol), corrigée par un indice de dispersion (IDGZ) qui permet d’exprimer la position relative d’un élève dans son groupe et le calcul d’un facteur de correction (IFGZ), qui permet d’estimer la force relative du groupe du secondaire par rapport à celle des autres groupes. Ces calculs sont effectués par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour chacune des notes inscrites au bulletin collégial, à l’exception des notes des cours d’appoint ou d’éducation physique suivi avant l’automne 2007 ou des notes de tous les cours suivis avant l’automne 2014 (ancien calcul de la CRC).
 
La formule de calcul de la cote de rendement au collégial (CRC) est la suivante : CRC = (Zcol × IDGZ + IFGZ + 5) × 5*
 
*Le chiffre 5 est une valeur constante et invariable.
Note : Pour calculer une CRC, on doit disposer d’un minimun de six étudiants ayant des notes supérieures ou égale à 50.
 
Ce qu’il faut retenir, c’est que l’utilisation de cette formule vise à :
  • Déterminer à quelle fréquence les résultats d’un étudiant sont au-dessus ou en dessous de la moyenne du groupe en calculant la « moyenne de ses écarts à la moyenne », soit la cote Zcol;
  • Tenir compte du degré de difficulté qu’implique le fait d’être au-dessus de la moyenne en calculant l’IFGZ, l’indicateur de la force du groupe. Plus l’ensemble du groupe est fort, plus il sera difficile d’obtenir des notes au-dessus de la moyenne.
 
Dans les collèges, la cote R est mise à jour quatre fois l’an :
  • en octobre, pour inclure les cours de la session d’été;
  • en janvier, pour inclure les résultats provisoires de la session d’automne;
  • en février, pour inclure la session d’automne en vue de l’admission à l’université à l’automne suivant;
  • en juin, pour inclure les cours de la session d’hiver en vue de l’admission définitive à l’université.
 
La plupart des cotes R pour l’ensemble d’un dossier collégial se situent entre 15 et 35. Ainsi :
– entre 32 et 35 (85 % à 90 %) : notes très supérieures à la moyenne
– entre 29,5 et 31,9 (80 % à 85 %) : notes supérieures à la moyenne
– entre 26 et 29,4 (75 % à 80 %) : notes au-dessus de la moyenne
– entre 20 et 25,9 (65 % à 75 %) : notes dans la moyenne
 
La prochaine chronique décrira l'impact de la cote R sur l'élaboration d'un projet professionnel.
 
Dernière mise à jour : 28 janvier 2019