Être à ma place : l’impact de mon emploi sur moi (Article 2/2)

Par l'équipe de Septembre éditeur
 
L’article Changer le monde : mon impact en emploi, publié précédemment, explorait les éléments à évaluer pour mieux cibler l’impact que nous désirons avoir en emploi.
 
Afin de mieux cibler un choix de carrière, il faut aussi se questionner sur l’impact qu’un emploi pourra avoir sur nous. Voici quelques éléments qui auront un impact sur notre satisfaction en emploi. Chacun sera présent dans un emploi à un niveau d’intensité différent.
 
 
 
 
 
 
Ex. : Je suis auteur de romans jeunesse : je décide de mon horaire de travail. (Autonome)
Je suis organisateur communautaire : j’ai des mandats et des dossiers sur lesquels je travaille, mais j'ai une certaine flexibilité dans mon horaire. (Flexible)
Je suis éducatrice en service de garde : j’ai un horaire de travail précis. (Structuré)

 

 
 
 
 
Ex. : Je suis programmeur analyste : je travaille assis à un poste de travail. (Faible)
Je suis brigadier scolaire : je travaille debout à l’extérieur. (Moyen)
Je suis préposé en CHSLD : je dois soulever des patients, je travaille majoritairement debout et je me déplace souvent. (Élevé)

 

 
 
 
Ex. : Je suis aide-cuisinier : je m’occupe de la préparation et de la cuisson des frites. (Faible)
Je suis quincailler : je dois conseiller la clientèle par rapport à leurs besoins. (Moyen)
Je suis directrice éditoriale d’une maison d’édition : je suis responsable de retravailler des contenus et de les valider avec des auteurs afin de les publier. (Élevé)

 

 
 
 
 
Ex. : Je suis facteur : je dois m’assurer que le courrier trié se rend à la bonne adresse. (Cartésien/rationnel)
Je suis musicien : je dois comprendre et rendre, par mon instrument, les émotions du compositeur. (Émotif)

 

 
 
 
 
Ex. : Je suis infographiste : je rencontre parfois des clients, mais je travaille majoritairement seul. (Seul/peu de contacts)
Je suis caissier dans un dépanneur : je passe ma journée à répondre à la clientèle. (Contacts multiples et fréquents)

 

 
 
 
 
Ex. : Je suis préposé à l’entretien dans un immeuble commercial : je travaille la nuit, à mon rythme. (Faible)
Je suis journaliste : je dois trouver des sujets et j’ai des délais à respecter pour soumettre mes articles. (Moyen)
Je suis urgentologue : je dois gérer plusieurs patients souvent en situation critique. (Élevé)

 

Conclusion

Il faut garder en tête que notre situation personnelle et nos besoins évoluent. Notre vision des éléments d’impact de notre milieu sur notre personne change donc aussi.
 
Vous vivez un malaise au travail ou trouvez que vous n’avez pas l’impact souhaité? Explorez vos possibilités : restez dans un même domaine tout en changeant d’emploi afin de trouver un milieu qui aura un meilleur impact sur votre personne, ou encore, explorez d’autres domaines d’emploi, tout en gardant en tête vos besoins.
 
Un conseiller d’orientation pourra vous aider dans vos recherches et vous éclairer dans vos questionnements.