Conjuguer le statut d’entrepreneur et d’employé

 
Par Carl-André Poliquin, conseiller en entrepreneuriat chez Option-travail
 
Dans un contexte de plein emploi, plusieurs entrepreneurs peuvent être attirés par la stabilité de revenu qu’offre le salariat. Ce faisant, beaucoup peuvent avoir l’impression d’échanger leur temps contre de l’argent pour réaliser le rêve de quelqu’un d’autre. Et si c’était possible d’avoir une stabilité de revenu tout en travaillant à faire avancer sa propre entreprise?
 

Le questionnement de l’entrepreneur sur le marché du travail

L’entrepreneur travaille habituellement pour lui-même, avec tous les risques et tous les bénéfices que cela comporte. Le plus souvent, il ne veut pas de patron et préfère récolter tous les fruits de ses efforts. Malgré une tolérance au risque généralement plus élevée que la moyenne, certains évènements de la vie font en sorte qu’une prise de risque n’est pas toujours envisageable pour l’entrepreneur. Par exemple, il serait très téméraire de démarrer un projet ambitieux en situation de précarité financière, avec des revenus d’entreprise presque nuls, et ce, tout en étant responsable d’enfants en bas âge. Sur le plan des finances familiales, cette situation peut devenir une source de problèmes majeurs, voire même une catastrophe.
 
Un questionnement important se pose alors :
  • Travailler pour soi-même et tout risquer?
  • Travailler pour quelqu’un d’autre à titre de salarié avec une sécurité de revenu?
L’entrepreneur qui fait le choix de travailler pour quelqu’un d’autre a encore quelques options devant lui :
  1. Il peut choisir un emploi peu stimulant qui paiera les factures et se concentrer sur son projet dans ses temps libres. Ainsi, de retour à la maison, il ne pense plus à son travail. Il sépare ainsi le travail et la vie personnelle. Son projet est à la fois un passetemps et un investissement.
  2. Il peut trouver un emploi très stimulant qui n’a rien à voir avec son projet, qu’on pourrait qualifier de deuxième carrière. C’est souvent le cas des personnes « touche-à-tout », curieuses ou dotées d’une personnalité complexe, qui ont besoin de diversité dans leurs activités pour se réaliser.
  3. Il peut dénicher un emploi très mobilisateur qui l’aide indirectement à avancer dans son projet tout en lui fournissant une sécurité de revenu. Il développe alors des compétences diverses qui lui serviront d’une façon ou d’une autre à concrétiser son projet par la suite.
  4. Il peut trouver un emploi très stimulant qui lui permet directement de réaliser son projet. Son travail est sa passion et vice versa. Il met à l’avant-plan son profil entrepreneurial sur son lieu de travail et devient un intrapreneur.
 

L’employeur qui veut embaucher un intrapreneur

Dans la mesure où l’employeur favorise les prises d’initiative dans l’environnement de travail, l’intrapreneur présente pour un patron beaucoup d’avantages par rapport aux autres employés. En effet, si l’intrapreneur jouit d’une certaine liberté au sein de l’organisation pour réaliser les projets qui lui tiennent à cœur, il aura tendance à être dévoué et proactif. Ceci dit, l’intrapreneur doit apprendre à respecter les normes de l’entreprise et le cadre établi pour éviter les conflits.
 
Voyons rapidement ce qui distingue les intrapreneurs au travail, selon Pinchot (2017) :
  • Ils font pour l’organisation ce qu’ils feraient pour leur propre entreprise;
  • Ils sont des rêveurs qui passent à l’action;
  • Ils sont naturellement des gestionnaires de l’innovation;
  • Ils sont des moteurs de changement positif dans l’organisation.
Bref, lorsqu’un intrapreneur voit un problème, il trouve une solution immédiatement et avise ensuite ses supérieurs du problème qui vient d’être réglé. Il est apte à devenir un employé clé de l’organisation puisqu’il comprend très bien plusieurs enjeux stratégiques, notamment les questions de financement, de gestion et l’aspect politique avec lesquels la direction et les gestionnaires doivent composer.
 
Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, les dirigeants et les gestionnaires d’aujourd’hui n’ont donc d’autre choix que de s’adapter pour favoriser l’intégration de ces employés parfois hors norme. Ceci dit, les entrepreneurs doivent demeurer honnêtes envers les employeurs quant à leur intention d’entreprendre et transformer plutôt cette intention en avantage par rapport aux autres candidats.
 

En conclusion

Les entrepreneurs qui font le choix du salariat doivent se questionner et se demander pourquoi. Il s’avère essentiel pour eux de comprendre pourquoi ils ont choisi cet emploi et pourquoi ils réalisent ce projet d’entreprise. À quels besoins répondent ces deux aspects importants de leur plan de carrière?