Comment devenir "quelqu'un d'autre" (ou pas)?

 
Pour certains, s’orienter consiste à trouver un sens propre à sa vie, puis à s’équiper de moyens et de compétences pour se réaliser. Pour d’autres, s’orienter se résume à trouver l’emploi idéal qui nous attend, quelque part dans le monde, et qui nous rendra heureux pour toujours. L’élan orientant est malheureusement trop souvent dirigé vers l’autre, l’ailleurs, l’extérieur. 
 

S’orienter vers « l’autre »

Nous cherchons tous des modèles et des références de valorisation sociale. Nous désirons nous reconnaître à travers ces personnes plus riches, plus puissantes, plus audacieuses, plus intelligentes, plus humaines, etc. Cependant, à force de vouloir être « comme l’autre », on n’en devient jamais finalement qu’une pâle copie. Vous vous reconnaissez? Cherchez à comprendre pourquoi vous désirez être « comme… ». Vous pourriez découvrir quels besoins et valeurs cherchent à éclore au grand jour. Par exemple, mon désir de devenir comme tel chanteur aux attitudes arrogantes exprime peut-être un profond besoin d’affirmation, d’expression et de conviction? 
 

S’orienter vers de « meilleurs temps »

Cessez de vous rattacher à vos gloires passées, ou encore de rêver à un futur incertain. Soyez plutôt réaliste : concentrez-vous à être la personne que vous êtes ici, maintenant, dans le monde. Le monde évolue, vous évoluez, et c’est tant mieux! Votre présent est peut-être plus lourd à vivre émotivement, mais c’est le seul temps qui existe. C’est aussi le seul qui peut donner du sens et de la satisfaction à votre travail et à votre vie. Faites l’exercice : pendant une journée, lâchez prise sur cette image passée ou future de vous-mêmes, puis observez comment les autres réagissent et interagissent « présentement » avec vous. Cela devrait vous donner une idée de ce que vous projetez. Sinon, demandez à votre entourage de vous décrire comment ils vous perçoivent, particulièrement par rapport aux aspects sur lesquels vous vous questionnez. Puis, prenez (objectivement) du recul par rapport à cette personne qui émerge de ces discussions. Par écrit, décrivez comment cette personne doit aujourd’hui ajuster ses façons de faire pour atteindre des objectifs congruents avec ce qu’elle est et veut, aujourd’hui toujours.
 

S’orienter vers « la fuite de soi »

La meilleure façon de ne pas « se ressentir » est de « se fuir ». Les fuites les plus évidentes sont bien connues : nourriture, drogue, alcool, biens matériels, travail acharné, etc. D’autres formes de fuite sont « plus nobles », mieux camouflées derrière des vertus contemporaines. C’est le cas des gens qui se défoulent outrageusement dans l’entraînement physique, le jogging, le bénévolat, voire même le yoga et la méditation. De telles activités doivent être au service d’un meilleur contact avec « la vraie vie », et non un moyen de fuir ou de gérer les incontournables imprévus d’un monde imparfait!
 
S’orienter dans sa vie, c’est lui donner un sens sur le plan cognitif  (mon choix fait du sens, c’est logique); sur le plan directif (c’est par là que ça passe, c’est le chemin que je dois emprunter) et sur le plan sensitif (je ressens totalement que je prends la bonne direction). En fin de compte, le sens que vous réussissez à cerner : 1) parle de vous sans vous soucier des autres; 2) témoigne de qui vous êtes et de là où vous en êtes aujourd’hui; 3) est pleinement assumé, peu importe vos peurs, qui sont tout à fait normales.
 
Suivez Louis Cournoyer sur le blogue Orientation pour tous