Changer le monde : mon impact en emploi (Article 1/2)

Par l'équipe de Septembre éditeur
 
Trouver son X, sa place dans le monde du travail et son bonheur au boulot comporte plusieurs enjeux et aspects qui évoluent au cours d’une vie. Quand on se questionne sur le choix de carrière, on a tendance à réfléchir d’emblée aux intérêts, aux compétences, aux capacités, aux besoins et aux attentes uniques à chaque personne. Par contre, dans la quête du bonheur au travail, un aspect important est parfois moins discuté : l’impact, c’est-à-dire l’effet que l’on a sur les autres ou sur l’environnement et celui que les autres (nos collègues, nos clients et notre milieu de travail) ont sur nous.
 
L’impact que l’on souhaite créer, autrement dit le sens de nos actions, notre utilité, notre but, est important à la fois pour notre motivation et pour notre sentiment de réalisation au travail. La dimension de l’impact en emploi, de notre influence, a donc intérêt à être réfléchie.
 
Dans ce premier article d’une série de deux, nous vous invitons à vous questionner et à explorer l’impact que vous désirez avoir sur le monde avec votre carrière.  Est-ce que votre emploi ou celui que vous visez répond à vos besoins en ce sens? Les éléments suivants vous aideront à mieux évaluer le tout.
 


1. Ma cible d'impact

Sur quoi ou sur qui est-ce que je souhaite avoir de l’impact?
 
La première étape consiste à identifier le type d’impact que l’on souhaite créer dans le monde. Pour cela, il faut connaitre sa ou ses cibles :
 
  • L’humain
  • Le monde animal
  • L’environnement
 
Un domaine de travail peut toucher une ou plusieurs cibles, vous pouvez donc attribuer un pourcentage à chacun des 3 types d’impact.
 
Ex. : Je suis architecte : j’ai un impact sur l’environnement et sur les personnes qui en profitent. (environnement 50 %, humain 50 %)
Je suis infirmier : j’ai un impact sur mes patients. (humain 100 %)
 

2. Mon angle d'impact

Sous quel(s) angle(s) mes actions auront-elles de l’impact?
 
On peut chercher à avoir un impact sur une ou plusieurs cibles, mais cet impact peut prendre différentes formes selon l’angle envisagé.
 
  • Physique : J’ai un impact sur la santé, l’aspect ou le bien-être physique.
  • Pratique : J’ai un impact parce que j’offre un service pratique.
  • Mental : J’ai un impact psychologique, pédagogique, émotionnel ou spirituel.
 
Un emploi peut aussi avoir plusieurs angles d’impact, vous pouvez donc attribuer un pourcentage à chacun des 3 angles.
 
 
Ex. : Je suis orthophoniste : j’ai un impact sur le développement de mes clients au niveau langagier et un impact sur leur confiance en eux et leur capacité à communiquer. (Physique et mental)
Je suis manœuvre : je m’assure du déplacement de marchandises dans l’entrepôt. (Pratique)
 
 

3. Échelles d'impact

Quel sera l’impact de mes tâches et responsabilités sur les cibles?
 
On peut attribuer plusieurs qualificatifs à l’impact qu’engendre notre travail. Nous vous proposons 4 échelles.
 
 
 
 
 
Direct : Mes tâches influencent directement d’autres personnes, l’environnement ou des animaux.
Ex. : Je suis dentiste : je préserve la santé buccale de mes patients.
 
Indirect : Mes tâches donnent un résultat, c’est ce résultat qui aura potentiellement une influence sur des personnes, l’environnement ou des animaux par rayonnement.
Ex. : Je suis gestionnaire dans une compagnie de gestion des déchets : je ne ramasse pas les déchets, mais mon travail rend cette tâche possible.
 
 
 
 
Immédiat : Mes tâches ou mon rôle agissent immédiatement sur l’état d’un humain, de l’environnement ou d’un animal.
Ex. : Je suis contrôleur routier : je gère le trafic dans une zone de construction, ce qui a un impact immédiat sur les automobilistes et les travailleurs de la construction (protéger les travailleurs et faciliter la circulation routière).
 
Long terme : Mes tâches et leurs résultats auront un impact à plus long terme dans le temps.
Ex. : Je suis enseignant : ce que je fais en classe aujourd’hui aura un impact sur le succès de mes élèves et leur apprentissage à long terme.

 
 
 
 
Large : J’ai un impact dont le spectre est plus grand (un grand nombre de personnes ou d’animaux, un vaste environnement).
Ex. : Je suis conseillère à la moulée pour bovins : mon service a un impact sur un très grand nombre de bêtes.
 
Ciblé : J’ai un impact sur un petit nombre de personnes ou d’animaux, ou sur un environnement limité.
Ex. : Je suis adjoint à la direction : mes tâches ont un impact sur mon gestionnaire et mon équipe de travail.
 
 
 
 
 
Visible : Je peux voir et connaitre l’impact de mes actions au travail.
Ex. : Je suis caissier à l’épicerie : je suis serviable, efficace et poli; le client me remercie et est heureux.
 
Vague : Je sais que mon travail a un impact, mais, même si j’en suis conscient, je ne suis pas témoin de l’impact de mes tâches.
Ex. : Je suis technicien-radiologiste : je sais que mon travail fait en sorte que des patients reçoivent un diagnostic, mais je ne suis pas témoin des traitements qu’ils reçoivent ni de leur guérison.
 
Une formation peut mener vers plusieurs emplois très différents qui viseront des cibles et des impacts bien différents de par leurs tâches et responsabilités. Il est donc important d’explorer dans un même domaine d’intérêt les possibilités qui répondront le mieux à vos désirs d’impact. Prenez le temps de bien analyser vos expériences antérieures. À quel(s) moment(s) votre impact vous a-t-il fait ressentir un sentiment positif ? Quels étaient les éléments qui vous rendaient fier de votre rôle? Toutes ces réflexions vous aideront à faire des choix en lien avec vos valeurs.
 
Consultez la suite de cet article ici : 
Être à ma place : l’impact de mon emploi sur moi