Ce qui m'allume, ce qui m'épuise!

 
Vous êtes en questionnement par rapport à votre avenir professionnel? L’exercice que je vous propose consiste à autoévaluer vos besoins au travail en matière de préférences par rapport à ce que vous offre votre emploi actuel, et ce dans le but de découvrir des pistes de réflexion sur vos sources de satisfaction et d’insatisfaction au travail[1].
 

Nos préférences et celles de notre environnement de travail

Chacun de nous présente un profil unique de préférences personnelles et chaque environnement professionnel (ex. : tâches de travail) présente un profil unique d’exigences. Tel que le soulignent les travaux de John Holland[2], plus grande est la congruence entre ses préférences personnelles et les caractéristiques d’un emploi, plus grande devrait être la satisfaction au travail. Cet auteur est d’ailleurs célèbre pour avoir développé la typologie de personnalité professionnelle fondée sur six types : réaliste, investigateur, artistique, social, entreprenant et conventionnel. Chacun de nous présentons des préférences plus ou moins élevées pour chacun de ces types. Les emplois aussi nous demandent de manifester certaines préférences relatives à chacun des types. Y a-t-il congruence?   
 

Autoévaluer notre satisfaction en emploi

1. Reproduisez le tableau suivant sur une feuille.
 
RÉALISTE
0   ------------------------------------- 5 ------------------------------------   10
INVESTIGATEUR
0   ------------------------------------- 5 ------------------------------------   10
ARTISTIQUE
0   ------------------------------------- 5 ------------------------------------   10
SOCIAL
0   ------------------------------------- 5 ------------------------------------   10
ENTREPRENANT
0   ------------------------------------- 5 ------------------------------------   10
CONVENTIONNEL
0   ------------------------------------- 5 ------------------------------------   10
2. Lisez attentivement la description de chacun des types de personnalité de Holland.
 
3. Procédez à une auto-évaluation de votre intérêt global pour chacun des types (0 = ne m’intéresse aucunement; 10 = m’intéresse totalement). Dans votre tableau, faites un trait vertical dans l’espace correspondant à chacun des types pour marquer votre résultat.
 
4. Relisez chacun des types, cette fois en fonction des attentes et exigences que vous percevez à votre endroit dans l’exercice de votre emploi actuel (toujours de 0 à 10). En utilisant un crayon d’une autre couleur, faites un nouveau trait vertical dans l’espace propre à chacun des types.
 

Questionnements professionnels

  • Est-ce que votre emploi actuel vous ressemble lorsque vous comparez vos préférences et les attentes quotidiennes de votre travail?
 
  • Quels sont les types pour lesquels vous êtes prêt à donner bien plus que ce qui vous est demandé? Quels sont les types pour lesquels on semble vous demander beaucoup plus que ce que vous aimeriez donner au travail?
 
Si l’auto-évaluation de vos préférences personnelles est passablement supérieure à ce qui vous est demandé au travail, cela suggère qu’une partie de ce que vous désirez investir dans un emploi demeure inexploitée chaque jour. Avec le temps, l’accumulation de cette énergie pourrait entraîner de l’insatisfaction au travail, à moins que vous réussissiez très bien dans d’autres sphères de votre vie.
 
Si, à l’inverse, vous avez des préférences passablement inférieures aux attentes et aux exigences de votre emploi par rapport à ce que vous désirez y investir, dites-vous que vous pourriez chaque jour vous efforcer d’être quelqu’un que vous n’êtes pas. À force… de forcer, il est normal de se sentir épuisé, démotivé, et parfois aliéné. 
 
Prenez le temps de regarder votre tableau. Au besoin, songez à poursuivre votre réflexion en vous faisant accompagner d’un professionnel qualifié afin de développer des stratégies de carrière personnalisées.  
 
Références pertinentes :
 
Holland, J. L. (1997). Making vocational choices: A theory of vocational personalities and work environments. Psychological Assessment Resources.
 
Riverin-Simard, D. (1996). Travail et personnalité. Presses de l’Université Laval.
 
Vous pouvez également aller sur Google et faire une recherche avec les mots-clés « Typologie de Holland ».
 
 
Suivez Louis Cournoyer sur le blogue Orientation pour tous.
 
[1] Cet exercice n’apportera donc pas toutes les réponses, mais sûrement de très bonnes questions. Ces dernières pourraient justement faire l’objet de discussions plus approfondies dans le cadre d’un processus de counseling de carrière auprès d’un conseiller d’orientation. Pour trouver un conseiller d’orientation, cliquez sur le lien suivant du site de l’Ordre des conseillers et des conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ) : Recourir à un conseiller d’orientation.
[2] Pour approfondir plus sérieusement vos connaissances en regard de cette théorie, des références sont proposées à la fin de l’article.