10 bonnes raisons de devenir boucher

 

« Le boucher agit un peu comme le fait un artiste avec sa toile. Il part d'une pièce brute et la transforme de différentes façons afin de répondre aux besoins des consommateurs. »

Pierre Caron, enseignant en Boucherie de détail au Centre de formation professionnelle Bel-Avenir, à Trois-Rivières

Pourquoi choisir ce programme?

  1. La formation est à l'image du travail d'un boucher, ce qui est loin d'être routinier! Elle permet notamment d'acquérir les compétences nécessaires en assemblage et en entretien de l'équipement de boucherie, en coupe et en préparation des différentes pièces de viande (veau, volaille, boeuf, cheval, bison, sanglier, agneau, lapin, etc.) ainsi qu'en production de produits complémentaires, tels que les saucisses, les cretons et les brochettes.
  2. Le service à la clientèle est un volet important de la formation. Il faut savoir que de plus en plus de marchés d'alimentation privilégient une approche humaine et personnalisée avec leurs clients. Les étudiants ont d'ailleurs la chance de vivre le contact direct avec la clientèle grâce à un comptoir de vente ouvert au public.
  3. L'obtention de ce diplôme d'études professionnelles ne nécessite que neuf mois de formation à temps plein!
  4. L'accès au marché du travail est rapide. L'année dernière, 15 des 16 finissants se sont trouvé un emploi dans leur domaine!
  5. Les demandes de la clientèle évoluent beaucoup. Par exemple, la nouvelle génération de consommateurs est particulièrement friande de produits déjà apprêtés, ce qui ajoute à la diversité des tâches que doivent réaliser les bouchers.
  6. Les diplômés peuvent travailler à différents endroits : dans un marché d'alimentation, à petite ou à grande surface, dans une usine de transformation, pour un grossiste ou au sein d'un abattoir.
  7. Le programme Boucherie de détail est offert dans un environnement inspirant. Les étudiants apprennent avec de l'équipement à la fine pointe de la technologie.
  8. Les milieux de travail offrent des possibilités intéressantes d'avancement professionnel. « Plusieurs de nos diplômés sont maintenant représentants pour des grossistes ou encore propriétaires de commerce d'alimentation », fait savoir M. Caron tout en rappelant que la formation peut également mener au lancement de son entreprise puisque qu'elle comprend un cours axé sur l'entrepreneuriat.
  9. Un stage de 90 heures en industrie fait partie du cheminement de l'étudiant. Comme le souligne M. Caron : « Souvent un emploi est offert aux étudiants à la fin de leur stage. Il s'agit de la plus belle des récompenses! »
  10. Les futurs bouchers apprennent aux côtés d'enseignants vraiment passionnés et heureux d'exercer ce métier. M. Caron en est un bel exemple! Il a d'abord travaillé pendant plusieurs années dans le domaine avant de toucher à l'enseignement. Aujourd'hui, c'est avec grand intérêt qu'il est témoin de la réussite de ces anciens étudiants sur le marché du travail!
 
Cette chronique est tirée du Palmarès des carrières - Édition spécale, paru en 2016 chez Septembre éditeur.