Les facteurs de réussite d'une recherche d'emploi

 
 
Le processus de recherche d’emploi implique de planifier, d’organiser et de mettre en place des comportements nécessaires à l’obtention d’un emploi. Il est donc de plus en plus question de la manière dont les individus procèdent pour prendre des décisions de carrière, dont ils mènent leur recherche et comment ils s’adaptent aux réalités changeantes du marché du travail. Cette chronique traite des facteurs de réussite d’une recherche d’emploi et ouvre sur des perspectives de positionnement pour les chercheurs et sur des pistes d’accompagnement pour les intervenants en développement de l’employabilité.
 
Dans le cadre d’une démarche d’analyse de deux études portant sur les prédicateurs d’intentions et de comportements en contexte de recherche d’emploi, Lim, Lent et Penn (2016)[1] ont développé un modèle sociocognitif de gestion de soi nommé le « Career self-management model » (CSM). Pour bien cadrer conceptuellement les facteurs impliqués dans la recherche d’un emploi, les auteurs ont fait appel à la Théorie sociale cognitive (TSC) de Lent, Brown et Hackett (1994)[2], laquelle s’appuie sur les travaux de Bandura (1986)[3] sur le sentiment d’efficacité personnelle (SEP). Initialement, la TSC était associée au développement des intérêts, au choix de carrière et à la performance. Récemment, les auteurs ont étendu la portée de la TSC à l’étude de la satisfaction et du bienêtre au travail[4], de même qu’à de la gestion de carrière[5].
 
La première étude a été menée auprès de 243 personnes sans emploi ayant rempli des échelles de mesure d’efficacité personnelle, d’attentes de résultats, de support social, d’intentions de recherche, de conscience de soi et d’attentes de résultats de leurs démarches de recherche d’emploi. La deuxième étude a quant à elle été conduite auprès de 240 collégiens et portait sur l’effet de la personnalité et des conséquences attendues sur la réussite d’une démarche de recherche. Pour les auteurs, la réussite d’une recherche d’emploi s’associe à plusieurs facteurs concomitants, soient :
  • Le temps et l’effort consacrés au processus;
  • La force de persévérance face aux difficultés rencontrées;
  • Le sentiment d’efficacité personnelle;
  • Les habiletés de communication;
  • La perception relative à l’attente de résultats;
  • La formulation d’intentions et de buts;
  • La qualité du soutien social;
  • Certains traits de personnalité spécifiques, dont la conscience de soi.
Enfin, les auteurs traitent d’un facteur de « volition perçue », soit d’un acte de volonté de production d’un changement, comme celui de rechercher et d’obtenir un emploi.
 

L'influence du sentiment d'efficacité personnelle

Les résultats suggèrent, entre autres, que les attentes de résultats sont prédites par le sentiment d’efficacité personnelle, qui à son tour repose sur le niveau de conscience de soi, de soutien social et de volition de la personne. Également, il se dégage de l’analyse des résultats que le sentiment d’efficacité personnelle peut non seulement favoriser les attentes de résultats et les croyances à l’endroit de ses habiletés de chercheur d’emploi, mais aussi la mise en place de comportements effectifs et orientés vers l’obtention d’un emploi.
 
Sous une autre perspective, les auteurs tiennent à souligner aux intervenants en développement de l’employabilité l’importance d’encourager chez les clients la mise en œuvre d’actions ajustées, concrètes et surtout réalistes au niveau de la conscience de soi, du sentiment d’efficacité personnelle et des attentes de résultats. Enfin, les résultats confirment l’importance et la priorité de se fixer d’abord un objectif clair de changement personnel afin d’activer un niveau significatif de volition et de mettre en place des comportements engagés.
 
Les auteurs de cette étude placent donc au cœur de l’expérience de recherche d’emploi les notions et concepts de sentiment d’efficacité personnelle et de volition, puis confirment leurs impacts sur une série d’autres facteurs. D’autres études témoignent également de tels enjeux dans le cadre de cette expérience parfois difficile de recherche d’emploi, de même que des stratégies pouvant être mises de l’avant pour obtenir les résultats escomptés.
 

Sur le même thème

Les résultats exposés ci-haut rejoignent entre autres ceux abordés dans une chronique antérieure intitulée « Pour une recherche d’emploi efficace » (Cournoyer, 2016). Dans cette publication, il est rappelé que le marché du travail se transforme, que les réseaux sociaux modifient nos façons de communiquer professionnellement et que les employeurs renouvèlent leurs méthodes d’embauche de nouveaux candidats, mais que certains fondements persistent dans les façons de faire. Vous pouvez consulter cette chronique pour en apprendre plus sur sept stratégies efficaces pour faire face à ces situations.
 
Également, une autre notion importante est celle du « capital psychologique », traitée dans la chronique « Portrait d’une recherche d’emploi prolongée ». Elle permet de mieux comprendre et de soutenir l’expérience parfois stressante, sinon dévastatrice, de recherche d’emploi à la suite d’une perte d’emploi imprévue.
 
[1] Lim, R. H., Lent, R. W., & Penn, L. T. (2016). Prediction of job search intentions and behaviors: Testing the social cognitive model of career self-management. Journal of counseling psychology, 63(5), 594.
[2] Lent, R. W., Brown, S. D., et Hackett, G. (1994). Toward a unifying social cognitive theory of career and academic interest, choice, and performance. Journal of vocational behavior, 45(1), 79-122.
[3] Bandura, A. (1986). The explanatory and predictive scope of self-efficacy theory. Journal of social and clinical psychology, 4(3), 359-373.
[4] Lent, R. W., et Brown, S. D. (2006). Integrating person and situation perspectives on work satisfaction: A social-cognitive view. Journal of Vocational Behavior, 69, 236–247.
[5] Lent, R. W., et Brown, S. D. (2013). Social cognitive model of career self-management: Toward a unifying view of adaptive career behavior across the life span. Journal of Counseling Psychology, 60, 557–568. http://dx.doi.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/10.1037/a0033446