Le passionnariat : 4 pistes de réflexion quand ta passion devient une entreprise

par: Annik De Celles
 
Tu es un passionné.
De photo, de réseaux sociaux ou de gâteaux, peu importe!
Quand tu reviens du boulot (ou de l’école), tu te lances à pieds joints dans ta passion. Tu ne comptes pas tes heures ; en fait, tu ne vois même pas le temps passer lorsque tu aimes ça. Tu y investis ton temps, mais aussi ton argent. Tu t’équipes et tu garnis ton attirail avec bonheur, parfois même sans compter. Tu en parles tout le temps, et à tout le monde…
 
Soudainement, quelqu’un, un ami ou un collègue, te dit que tu as du talent et que tu devrais en faire une « business »… Et là, LÀ, les nuages s’écartent ; il y a une chorale d’anges qui chantent tes louanges, et tes yeux brillent d’espoir!
 
Pourquoi pas?
J’ai déjà tout l’équipement nécessaire et j’y passe déjà beaucoup de temps, alors pourquoi ne pas mettre à profit ma passion?
 
Et voilà : tu es soudainement en voie de devenir entrepreneur! C’est le début d’une belle aventure : le passionnariat (quand « passion » se marie avec « entrepreneuriat »). Plusieurs entreprises ont débuté dans un garage, par pure passion. Appuie toutefois sur pause quelques minutes : es-tu vraiment prêt? Voici une petite liste de questions pour t’aider à y voir plus clair.
 
  1. Aimes-tu encore ton emploi?
Être entrepreneur prend beaucoup de temps et d’énergie. Quand, en plus, on œuvre dans un domaine qui nous passionne, ce qui était un passetemps peut rapidement prendre toute la place dans notre vie, et demander beaucoup de temps et d’énergie. Il faut donc bien doser le temps consacré à notre passionnariat afin qu’il ne vienne pas nuire à notre emploi. Il faut aussi être apte à ne pas laisser notre passion envahir nos pensées pendant les heures de travail régulières.
 
  1. Aimes-tu gérer un budget, faire des prévisions, calculer des marges de profit, et jaser avec ton comptable?
Tout entrepreneur débutant a tendance à ne pas calculer son temps et à voir les dépenses comme des investissements. C’est encore plus notable quand on parle d’un passionnariat. Les investissements en équipement seront perçus comme une gâterie personnelle, et non comme une dépense ou un investissement pour l’entreprise, dont le cout devrait être amorti sur les contrats à venir. Il faut aussi prendre en compte que notre temps aussi a une valeur. Il faut considérer tous ces aspects afin de développer une offre de services avec des prix réalistes. Il faut donc être prêt à faire des calculs et des choix, et à bien évaluer la valeur de nos services.
 
  1. De combien de temps libre disposes-tu dans ta semaine?
Si ton entreprise prend de l’expansion, auras-tu de l’espace dans ton horaire pour y consacrer les efforts nécessaires? Dans quelle section de ton agenda de vie pigeras-tu ce temps (famille, sport, amis)? Le feras-tu aux dépens d’un autre aspect de ta vie?
 
  1. Quelle est ta relation avec le risque? Vis-tu bien avec le stress?
Qui dit passionnariat, dit aventure. Dans toute belle aventure, il y a une part de risque et donc, inévitablement, de stress. Lorsqu’on est passionné, l’amour nous donne des ailes, mais aussi des œillères. On se donne entièrement, et on n’a pas de limites. Cette situation peut tout autant nous propulser que nous faire prendre des décisions trop rapidement, et donc prendre des risques. Certains sont stimulés par des situations plus anxiogènes, alors que d’autres désirent limiter le stress dans leur vie. L’entrepreneur a le gout du risque et gère bien son stress, capacité que le pur passionné n’a pas nécessairement.
 
Une chose est certaine : ta passion doit rester un aspect positif et ressourçant dans ta vie, et le choix de la transformer en entreprise te revient entièrement. Si le passionnariat est la voie que tu as choisie, fonce… et fais-le avec passion!