La grande séduction (6/8) : Étudier en bord de mer

De nombreux établissements d’enseignement font tout pour accueillir de nouveaux étudiants chez eux : bourses d’études, aide au logement, activités parascolaires stimulantes et rassembleuses, etc. Sans parler du potentiel d’autonomie inestimable que représente le fait de quitter sa région natale! Il y a là une occasion rêvée de briser ses propres barrières, de vivre de nouvelles expériences et de développer sa capacité d’adaptation.
 
Cette série de 8 chroniques* vous offre un voyage exploratoire au cœur de nos régions**. Elle vise à vous faire découvrir d’autres lieux que les grands centres urbains pour entreprendre vos études collégiales ou universitaires.
 
* Le dossier complet contient davantage d'informations sur les programmes en déficit d'inscription et sur la vitalité économique de chaque région. Consultez-le dans le Palmarès des carrières 2018!
** Les établissements présentés dans cette série sont ceux qui ont répondu à notre invitation.
 

Cégep de la Gaspésie et des Iles

Confronté à la baisse démographique, le Cégep de la Gaspésie et des Iles multiplie ses initiatives pour se faire connaitre des étudiants et pour leur faire découvrir un lieu de formation grandeur nature!
« Ici, c’est un étudiant sur trois qui provient de l’extérieur de la région. »
Isabelle Vilchenon, conseillère en communication
 
Les ententes de mobilité étudiante conclues avec des établissements de Montréal (Collège John Abbott, Collège Dawson, Collège Vanier, Collège de Maisonneuve, Cégep Édouard-Montpetit et Cégep du Vieux Montréal) portent particulièrement leurs fruits. Ces ententes permettent aux étudiants en Sciences humaines et en Sciences de la nature d’étudier une session au Cégep de la Gaspésie et des Iles, sans prolonger la durée de leur parcours scolaire.
 
Des incitatifs financiers, comme le transport gratuit et une aide financière au logement, sont offerts aux étudiants qui osent faire le saut le temps d’une session. L’an dernier, le cégep a accueilli 29 étudiants de Montréal grâce à ces ententes. Cette année, le cégep s’attend à en recevoir près du double.
 
« Pour ces jeunes, il s’agit souvent de leur première expérience d’autonomie à l’extérieur de leur famille. Ils découvrent ce qu’est la vie dans un plus petit cégep, tout en s’initiant à un mode de vie différent et aux attraits naturels de la région. »
Mireille Poulin, conseillère à la mobilité étudiante au Collège de Maisonneuve
 
L’option Aventure-études, qui permet d’intégrer des activités de plein air à sa formation, suscite d’ailleurs beaucoup d’intérêt chez les étudiants en mobilité interrégionale.
 
 

Une session chez les Madelinots

Marianne Desrosiers, étudiante en Sciences humaines au Collège de Maisonneuve, a effectué sa deuxième session à des centaines de kilomètres de Montréal au campus des Iles-de-la- Madeleine du Cégep de la Gaspésie et des Iles.
« Je voulais sortir de ma zone de confort. Je suis arrivée en avion en pleine tempête de neige. C’était comme si j’avais atterri en Antarctique! Certains de mes amis me demandaient : tu t’en vas aux Iles l’hiver? Il ne se passe rien là-bas l’hiver! J’ai bien vu que c’était tout le contraire! »
Marianne Desrosiers
 
Cette expérience a été une véritable valeur ajoutée à son parcours, que ce soit en termes d’autonomie, de capacité d’adaptation et de rencontres enrichissantes. Elle a même prolongé son séjour chez les Madelinots puisqu’après sa session, elle est restée aux Iles pour travailler dans un camp de jour pendant la saison estivale.
« Le fait d’avoir dans les classes des étudiants qui arrivent de la ville apporte une nouvelle dynamique entre nos murs. C’est une richesse qui profite à tout l’établissement, et même à toute la communauté! »
Isabelle Vilchenon