La grande séduction (3/8) : Par monts et par vaux, au coeur des Cantons-de-l’Est

 
De nombreux établissements d’enseignement font tout pour accueillir de nouveaux étudiants chez eux : bourses d’études, aide au logement, activités parascolaires stimulantes et rassembleuses, etc. Sans parler du potentiel d’autonomie inestimable que représente le fait de quitter sa région natale! Il y a là une occasion rêvée de briser ses propres barrières, de vivre de nouvelles expériences et de développer sa capacité d’adaptation.
 
Cette série de 8 chroniques* vous offre un voyage exploratoire au coeur de nos régions**. Elle vise à vous faire découvrir d’autres lieux que les grands centres urbains pour entreprendre vos études collégiales ou universitaires.
 
* Le dossier complet contient davantage d'informations sur les programmes en déficit d'inscription et sur la vitalité économique de chaque région. Consultez-le dans le Palmarès des carrières 2018!
** Les établissements présentés dans cette série sont ceux qui ont répondu à notre invitation.

 

Cégep de Sherbrooke

Dans le cadre du programme de mobilité étudiante interrégionale, le Cégep de Sherbrooke, le plus grand établissement collégial situé hors de Montréal et de Québec, propose des bourses incitatives aux étudiants habitant l’une des huit régions identifiées par le programme, soit la Capitale-Nationale, Montréal, l’Outaouais, Laval, Lanaudière, les Laurentides, la Montérégie ou le Centre du- Québec.
« Pour être admissible à la bourse, trois conditions doivent être respectées : l’étudiant doit habiter l’une des huit régions identifiées, le programme d’études ne doit pas être offert par le Cégep de son territoire et il doit répondre aux conditions d’admission du programme convoité. »
Marie-Claude Dupoy, directrice des communications et des affaires corporatives au Cégep de Sherbrooke
« Les cégeps des régions identifiées doivent souvent refuser des étudiants par manque de place, alors que le Cégep de Sherbrooke a des places disponibles dans une majorité de ses 33 programmes d’études. »
Marie-Claude Dupoy
 
S’ils répondent aux conditions, le Cégep de Sherbrooke ouvre grandes ses portes à ces étudiants venus d’ailleurs et leur donne la possibilité de bénéficier d’une bourse pouvant aller jusqu’à 4500$. Une collaboration plus spécifique a été établie avec le Collège Montmorency pour les programmes suivants : Techniques d’éducation à l’enfance, Gestion et technologies d’entretien agricole, Technologie de systèmes ordinés, Technologie de mécanique industrielle, Sciences humaines et Sciences de la nature.
 
 

Un plan B, pourquoi pas?

« Nous sommes conscients que ce n’est pas toujours évident de faire un choix de programme, mais plusieurs étudiants n’ont pas de plan B. Ils choisissent un programme et, s’ils sont refusés, remettent à plus tard leur projet de faire des études collégiales. »
Marie-Claude Dupoy
 
En ce sens, améliorer la mobilité étudiante interrégionale permet non seulement de maintenir les effectifs de certains établissements, mais cela favorise également l’accès aux études.
« Les jeunes doivent d’abord et avant tout choisir un programme qui réponde à leurs intérêts. C’est ce qui est le plus important. Leur faire découvrir des programmes offerts dans d’autres cégeps qui pourraient peut-être leur convenir est une façon de les soutenir dans la poursuite de leur parcours scolaire. »
Marie-Claude Dupoy
 
Mme Dupoy ne cache pas son souhait de voir les finissants de leurs programmes techniques découvrir le marché du travail de l’Estrie et contribuer à son développement, et ceux qui suivent un programme préuniversitaire, de poursuivre leurs études à l’Université de Sherbrooke ou à l’Université Bishop’s.