Je désire, je souhaite, je rêve de devenir…

Félix Pinard, étudiant à la maitrise en orientation à l’Université de Sherbrooke
 
Je désire, je souhaite, je rêve de devenir… Mais quelle est donc cette force intérieure qui pousse quelqu'un à envisager une occupation? Quelles sont les principales aspirations professionnelles d’élèves du secondaire? C’est notamment à ce genre de questions que le présent article tente de répondre.
 

Le concept d’aspirations professionnelles

Dans le domaine de l’orientation, les aspirations professionnelles sont souvent définies comme les croyances d’une personne par rapport à ses possibilités de carrière[1]. Les travaux de Gottfredson[2],[3] traitent justement de ce concept. L'auteure y explique comment les gens, à partir de représentations d'eux-mêmes et des professions, construisent une carte cognitive des professions. Cette carte est structurée autour de deux axes : le genre et le prestige, où l'on retrouve également divers champs d’intérêt (les professions). Ainsi, pour Gottfredson, le développement des aspirations professionnelles s’effectue d’abord par un processus d’élimination (ou de restriction) des professions, qui permet à la personne d’établir ses préférences professionnelles en considérant le genre et le prestige associés à chacune de celles-ci. Cette démarche se poursuit par un processus de compromis, au cours duquel la personne évalue les aspirations professionnelles qui lui sont acceptables selon leur possibilité de réalisation (aspirations idéales VS aspirations réalistes).

 

Les aspirations professionnelles d’élèves du secondaire

Les aspirations professionnelles d’élèves du 2e cycle du secondaire ont été décortiquées par une récente recherche[4] menée auprès de 912 jeunes (478 filles et 434 garçons). Ces jeunes étaient invités à répondre par « Oui » ou « Non » à la question suivante : « Sais-tu ce que tu veux faire plus tard? ». Dans le cas d’une réponse positive, ils devaient indiquer le nom de l’occupation envisagée. Puis, chacune des occupations mentionnées a été compilée en fonction du genre de l’élève et en tenant compte du nombre de fois où elle a été nommée.
 
Le tableau suivant présente, par ordre décroissant, les aspirations professionnelles les plus fréquemment exprimées (10 mentions ou plus) par les jeunes visés par cette recherche.
 
Aspirations professionnelles de filles et de garçons du 2e cycle du secondaire
Filles
Garçons
Médecin
59
Policier
37
Infirmière
45
Mécanicien
35
Travailleuse sociale
24
Charpentier-menuisier
22
Enseignante au sec.
19
Médecin
18
Psychologue
18
Architecte
15
Tech. en éducation spécialisée
16
Conducteur de machinerie lourde
14
Avocate
15
Enseignant au secondaire
14
Policière
15
Électricien
13
Vétérinaire
13
Pompier
12
Dentiste
11
Ingénieur civil
10
Hygiéniste dentaire
11
Ingénieur en mécanique
10
 
On remarque que la majorité des aspirations professionnelles des filles se situent dans des secteurs qui font appel aux soins à apporter à autrui, à l’enseignement ou encore à la relation d’aide. De leur côté, les garçons ont tendance à nommer des professions qui exigent de travailler physiquement et d’utiliser des outils et de la machinerie pour réparer ou fabriquer du matériel. En considérant l’ensemble de ces résultats, il est aussi possible de relever que les aspirations professionnelles de ces jeunes sont stéréotypées. Ce constat rejoint l’une des conclusions de l’étude de Stevanovic et de Mosconi[5] voulant que « les filles continuent à manifester leurs préférences pour les métiers traditionnellement féminins, pour des métiers de soin ou du social, alors que les garçons préfèrent les métiers scientifiques et techniques ».
 
Malgré les limites de cette récente recherche, il semble essentiel pour les spécialistes de l’orientation et pour les autres personnes significatives présentes dans l’entourage des élèves du secondaire de poursuivre ensemble la discussion sur les aspirations professionnelles de ces jeunes. Cette situation permettrait non seulement d’identifier les raisons à la base de leur choix d'orientation, mais également de vérifier jusqu’à quel point leur but futur est idéal ou réaliste!
 

Autres références pour en savoir plus sur le sujet

Murdoch, J., Grolqua, A., Ménard, L., Comoe, E., Blanchard, C., Larose, S., Doray, P., Diallo, B. et Haouilli, N. (2010). Les aspirations professionnelles : quel effet sur le choix d’un domaine d’études non traditionnel? Montréal : Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie.
 
Rocher, T. et Le Donné, N. (2012). Les aspirations professionnelles des élèves de 15 ans dans 57 pays : ambition et réalisme. L’orientation scolaire et professionnelle, 41(3), 438-468.
 
[1] Ali, S.R., McWriter, E.H. et Chronister, K.M. (2005). Self-efficacy and vocational outcome expectations for adolescents of lower socioeconomic status : A pilot study. Journal of Career Assessment, 13(1), 40-58.
 
[2] Gottfredson, L.S. (2002). Gottfredson’s theory of circumscription, compromise and self-creation. In S.D. Brown, Career choice and development (p. 85-148). San Francisco, CA : Jossey Bass.
 
[3] Gottfredson, L.S. (2005). Applying Gottfredson’s theory of circumscription and compromise in career guidance and counseling. In S.D. Brown et R.L. Lent, Career development and counseling : Putting theory and research to work (p. 71-100). Hoboken, NJ: Jonh Wiley & Sons.
 
[4] Pinard, F. (2016). La question des stéréotypes sexuels dans les aspirations professionnelles des filles et des garçons de 4e et 5e secondaire. Essai de maitrise, Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke.
 
[5] Stevanovic, B. et Mosconi, N. (2007). Les représentations des métiers des adolescent(e-s) scolarisé(e-s) dans l’enseignement secondaire. Revue française de pédagogie, 161, 53-68.